10 avril 2015

Lo comte de Peiteu

 

Vida del Comte de Peiteu  

Lo comte de Peiteu si fos
Un dels majors cortes del mond
E dels majors trichadors de dòmnas
E bons cavaliers d'armas
E l' art de domnejar
E saup ben trobar e cantar
Et anet longemps per lo mond
Per enganar las dòmnas
E ac un filh que ac per molher
La duquessa de Normandia
Dont ac una filha que fos molher
Del rei Enric d'Englaterra
Maire del rei Jove e d'En Richard
E del comte Jaufre de Bretanha

 

Le comte de Poitiers fut

Un des plus courtois du monde

Un des plus grands tricheurs de dames

Un des meilleurs chevaliers d'armes

Et le meilleur dans l'art de courtiser

Il sut bien trouver et chanter

Il alla longtemps de par le monde

Pour tromper les dames 

Il eut un fils qui eut pour femme

La duchesse de Normandie

Dont il eut une fille qui fut l'épouse

Du roi Henri d'Angleterre

Mère du jeune roi de Sire Richard

Et du comte Jaufre de Bretagne

 

En Alvernha part Lemosin

 

En Alvernha part Lemosin
M'en anei tot sol a tapin
Trobei la molher d'en Garin
E d'en Bernard
Saluderon mi simplament
Per Sant Liaunard

Lai una'm ditz en son latin 
E Dieu vos salv' don pelerin
Molt mi semblatz de bel aisin
A mon escient
Mas tròp vesem anar pel mond 
De fòlas gents

Aura auviretz qu'ai respondut
Anc non li ditz ni bast ni but
Ni fer ni fust non ai mentaugut
Mas sol aitant 
Babariol babariol 
Babarian

Ço ditz n'Anhès a n'Ermessen
Trobat avem que anam queren
Sòr per amor Dieu l'alberguen
Que ben es mut
E ja per el nòstre conselh
Non es saubut

Lai una'm pres jos son mantel
Menet m'en sa chambra al fornel
Sapchatz qu'a mi fon bon e bel
E'l fioc fon bon
E ieu chalfei mi volontier 
Als gros charbons

A manjar mi deron chapos
E sapchatz ag'i mai de dos
E non'i'ag'cog ni cogastros
Mas sol nos tres
E'l pan fon blanc e'l vin fon bon
E'l pèbr'espes

Sòr aquest'òme es inginhos
E laissa lo parlar per nos
Nos aportem nostre chat ros
De mantenent
Que'l fara parlar als estros
Si de re'n ment

N'Anhès anet per l'enujos
E fon grand e ag'longs guinhos
E ieu, quand lo vi entre nos
Ag'n'espavent
Qu'a pauc non perdei la valor
E l'ardiment

Quand aguem begut e manjat
Ieu me despolhei a lor grat
Detras m'aporteron lo chat
Mal e felon
La una'l tira del costat
Trò al talon

Per la coa de mantenent
Tira'l chat e el escoissent
Plajas mi feron mai de cent
Aquella vetz
Mas ieu no'mogra gest enguer
Que m'aucises

Sòr ditz n'Anhès a n'Ermessen
Mut es que ben es conoissen
Sòr del banh nos aparelhem
E del sejorn
Uech jorns e s'encar'mai estai
En aquel forn

Tant las fotei com'auviretz
Cent e quatre-vingt e uech vetz
Qu'a pauc no'i rompei mon coretz
E mon arnes 
E no'os puesc dir'lo malaveg
Tan grand m'en pres

Ges no'os sai dir' lo malaveg
Tan grand m'en pres 



En Auvergne par le Limousin
Je m'en allais tout seul en tapinois
Je trouvais l'épouse du sire Garin
Et de sire Bernard
Elles me saluèrent simplement
Par Saint Léonard

Là une me dit dans son latin 
Dieu vous sauve, seigneur pélerin
Vous me paraissez bien convenable
A mon avis
Mais nous voyons trop passer par là 
De gents bizarres

Maintenant, écoutez ce que j'ai répondu 

Jamais je ne lui dit ni bât ni bout
Ni fer ni bois je n'ai mentionnés
Mais seulement 

Babariol, babariol 
Babarian

Lors dit Dame Agnès a dame Ermessen
Nous avons trouvé celui que nous avons chercher
Sœur, pour l'amour de Dieu on va l'héberger
Car il est bien muet
Et jamais à cause de lui notre secret
Ne sera connu

Là une me prend sous son manteau
Et me conduit dans sa chambre auprès du fourneau
Sachez que cela fut pour moi agréable et plaisant
Car le feu fut bon
Et je me chauffais volontier 
Aux gros charbons

Elles me donnèrent à manger des chapons
Et sachez qu'il y en eut plus de deux
Il n'y a eu ni cuisinier ni marmitons
Mais seulement nous trois
Le pain fut blanc et le vin fut bon
Et le poivre abondant

Sœur, cet homme est malin
Et nous laisse la parole
Nous apportons notre chat roux
De suite
Qui le fera parler à l'instant 
S'il nous ment

Dame Agnès alla quérir le facheux
Qui était grand avec de longues moustaches
Et moi, quand je le vis entre nous
J'eu très peur
Que de peu j'en perdais la valeur
Et ma fougue

Quand nous eûmes bu et mangé
Je me dévétis a leur demande
Elles apportèrent le chat
Méchant et irrité
Et l'une tire de mes flancs
Jusqu'au talon

Le mantenant par la queue
Elle tire le chat qui plante en moi ses griffes
Elles me firent plus de cent plaies
Cette fois ci
Mais moi  encore je ne bougeais pas 
M'eût-on tué

Sœur, dit dame Agnès à dame Ermessen
Il est muet car c'est bien reconnaissable
Sœur préparons-nous au bain
Et au plaisir
Huit jours et encore plus je suis resté
Dans cette étuve

Tant je les honorais comme vous entendez
Cent et quatre-vingt et huit fois
Que de peu je n'y rompais ma ceinture
Et mon harnachement
Je ne peux vous dire le mal
Si grand que j'éprouvais

Je ne sais vous dire le mal
Si grand que j'éprouvais

 

 

Puei de chantar m’es pres talent 
 

Puei de chantar m’es pres talent
Farai un vers donc sei dolent
Mai non serai obediens
En Peitau ni en Lemosin

Quaura me’n irai en eisilh
En granda paur en grand perilh
En guerra laissarai mon filh
E faran li mal sos vesins

Lo despartir m’es aitant greu
Del senhoratge de Peiteu
En garda laiss’Folcon d’Angeu
Tota la terr’e son cosin

Si Folcon d’Angeu no’l socor
E’l rei de qui ieu ten’m’onor
Faran li mau tots los plusors
Felon gascons e angevins

Si ben non es sabi ni pros
Quant ieu serai partit de vos
Viatz l’auran tornat en jos
Car lo veiran jov’e mesquin

Per mercès prej’mon companhon
S’anc li fit tòrt, qu’el m’o perdon’
E ieu prej’en Jesus del Tron
En roman e en son latin

De proesa e de joi fui
Mas aura partem ambedui
E ieu irai m’en a celui 
Ont tot pechadors troban fin

Molt ai estat coindes e gai
Mas Nostre Senher no’l vòl mai
Aur’non pòsc pus sufrir lo fai
Tant sei aprochat de la fin

Tot ai guerpit quant amar suelh
Cavalaria e orguelh
E pòs Diu platz tot zo acuelh
E prej’li que’m reteng’amb si


Tot mos amics prej’a la mòrt
Que vengan tots e m’onren fòrt
Qu’ieu ai agut joi e despòrt
Lonh e pres e en mon aisin

Aici guerpisc joi e despòrt
E var e gris e sembelin
 
Puisqu’il me prend envie de chanter
Je ferai un ver alors que je suis affligé
Car je ne serai plus servant d’amour
Ni en Poitou ni en Limousin

Quand je m’en irai en exil
En grande peur en grand péril
En guerre, je laisserai mon fils
Et tous ses voisins lui feront du mal

Le départ m’est si pénible 
De la seigneurie de Poitiers
En garde je laisse à Folcon d’Angers
Toute la terre et son cousin

Si Folcon d’Angers ne le secourt  
Ni le roi par qui je possède mon domaine
Le plus grand nombre lui feront mal
Gascons félons et angevins

S’il n’est pas avisé et valeureux
Quand je vous aurai laissés
Vite ils l’auront jeté à bas
Car ils le verront jeune et faible

Par pitié je pris mon compagnon
Si jamais je lui fis tort qu’il me le pardonne
Et je prie Jesus sur son trône
En roman et dans son latin

De prouesse et de plaisir je fus
Mais maintenant je me sépare des deux
Et je m’en irai vers celui 
Où tout pécheur trouve sa fin

J’ai été grandement aimable et joyeux
Mais Notre Seigneur ne le veut plus
Maintenant je ne peux plus supporter le fardeau
Tant je m’approche de la fin

J’ai laissé tout ce que j’aimais
Chevalerie et orgueil
Et s’il plaît à Dieu je l’accepte
Je le prie qu’il me garde avec lui


Je prie tous mes amis a ma mort
Qu’ils viennent tous et bien m’honnorent 
Car j’ai eu plaisir et distraction
Loin et près et dans ma demeure

Ici je quitte plaisir et divertissement
Vair et petit gris et zibeline

 Ivon
Posté par Lemivon à - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur Lo comte de Peiteu Vida del Comte de Peiteu Lo

Nouveau commentaire