08 avril 2015

Bernard de Ventadorn-Vida mai tres chançons

 

 

Bernart de Ventadorn

Bernart de Ventadorn si fos de Lemosin
Del castel de Ventadorn
Òme fos de paubra generacion
Filh d'un sirvent qu'era fornier

b_ventadorn_1_Qu'escaudava lo forn
A coser lo pan del castel de Ventadorn

E ven bel òme e adrech
E saup ben trobar e cantar
E era cortes e ensenhat
Lo Vescomte de Ventadorn lo seu senhor
S' abellit molt de li e de son son trobar e de son cantar

E fetz li grand onor
E lo Vescomte de Ventadorn si aviá Molher

Bela e gaia e jova e gentiva

E abelis se d'En Bernart

E de las soas chansons 
E enamorèt se de li e el de 'lei 
Si qu'el fetz sos vers e sas cançons d'ela
De l'amor qu'el aviá a d'ela

E de la valor de la dòmna
Molt durèt longtemps lor amor
Ans que lo Vescomte marit de la domna
E l'autra gent s'en aperceubessen
E quand lo Vescomte s'en fos aperceubut
En estranhèt En Bernart de se
E puei fetz la molher sarrar e gardar
Aliénor copyAdonc fetz la Dòmna donèt comjat a En Bernart
E fetz li dire qu'el se partis e s'alonhar d'aquela encontrada 
El el se'n partis e anèt s'en d'a la Duquessa de Normandia
Qu'èra jova e de granda valor 
E s'entendiá molt en pretz
E en onor e el bendich de sa lausor
E plasion li fòrt los vers e las cansons d'En Bernart
Dont ela lo receup e l'onret e l'aculhis 
E'l fetz molt grands plasers
Longtemps estet en la cort de la duchessa 
E enamorèt se d'ela e la domna s'enamoret de li
Dont En Bernart en fets maintas bonas cançons
Mas lo rei d'Anglatèrra la pretz per molhèr
E la trait de Normandia e menèt lai en Anglaterra
En Bernart remas adonc deçài triste e dolent
E partit se de Normandia
E venc s'en al bon Comte Raimon de Tolosa 
E estet amb li en sa cor entra que'l Comte morit
Quant lo Comte fos mòrt En Bernart, abandonet lo mond
E'l trobar e'l chantar e'l solaç del secle 
E puei se rendet a l'òrdre de Dalon e lai el finis
E lo Comte N' Eble de Ventadorn
Que fos filh de la Vescomtessa
Qu'En Bernart amèt

Contèt a me N'Uc de Sant Circ
Çò que ieu ai fach escriure d'En Bernart

 

Bernard de Ventadour était du Limousin

Du château de Ventadour

Il était d'humble origine
Fils d'un serviteur qui était boulanger

Qui chauffait le four
Pour cuire le pain du château de Ventadour1chat_venta1
Il devint un bel homme adroit
Qui savait bien trouver et chanter 
Et il était courtois et instruit
Le Vicomte de Ventadour  son seigneur
Lui porta beaucoup d'intérêt à sa façon de trouver
Et à son chant et il lui fit grand honneur
Le Vicomte de Ventadour avait une femme belle et gaie
Jeune et noble qui eut de l'inclinaison pour Sire Bernard
Et pour ses chansons 
Elle s'éprit de lui et lui si fort d'elle 

Qu'il faisait des vers et des chansons d'elle
De l'amour qu'il avait d'elle et du mérite de la dame
Longtemps dura leur amour
Avant que le Vicomte époux de la dame
Et les gens s'en aperçoivent
E quand le Vicomte s'en aperçut
Il éloigna Sire Bernard de lui 
Et fit enfermer et garder sa femme
Alors il dit à la dame de renvoyer Sire Bernard
Et de lui dire de s'en aller de cette contrée
Et lui la quita et s'en alla auprès de la Duchesse de Normandie
Qui était jeune et de grande valeur
Qui prêtait bien attention au mérite

À l'honneur et aux louanges qu'on lui faisait
Et lui plaisait tant les vers et les chansons de Sire Bernard
Qu'elle le reçu, l'honora e l'accueillit 
Lui fit de nombreux plaisirs
Il resta longtemps à la cour de la Duchesse
Il s'éprit d'elle et la dame s'éprit de lui
Sire Bernard en fit de nombreuses bonnes chansons
Mais le roi d'Angleterre la pris pour épouse
Et l'enleva de Normandie pour l'emmener en Angleterre

Sire Bernard resta donc là, triste et malheureux
Il partit de la Normandie
Et alla auprès du bon Comte Raimon de Toulouse 
Il demeura avec lui à sa cour juqu'à la mort du comte 
A la mort du Comte, Bernard abandonna le monde
Ainsi que l'art de trouver de chanter et le divertissement du siècle.
Il se rendit au monastère de Dalon où là il mourut
Et le Comte Sire Eble de Ventadorn
Qui était le fils de la Vicomtesse
Que Sire Bernard aima me conta à moi Sire Uc de Saint Circ
Ce que j'ai fait écrire de Sire Bernard

Photo on 2015-04-02 at 21

Tant ai moncor plen de joia

 

Tant ai mon cor plen de joia

Tot me desnatura

Flor blancha,vermelh’e bloia

Me par’la frejura

Qu’amb lo vent e amb la ploia 

Me creis l’aventura

Per que mon chant monte e poia

E mon pretz melhora

Tant ai au cor d’amor

De joi e de doçor

Que lo giau me sembla flor

E la neu verdura

 

Anar posc sens vestidura 

Nu, en ma chamisa

Que fin’amor m’assegura

De la freja bisa 

E no’s ten de guisa

Per qu’ieu ai pres de mi cura

Dempueis qu’ai enquisa

La pus bela d’amor

D’ont attens tant d’onor

Car en luec de sa richor

Non volh aver Pisa

 

De s’amistat me recisa

Mas ben n’ai fiança

Que sival ieu n’ai conquisa

La bela semblança

E ai n’en a ma devisa 

Tant de benanança 

Que ja’l jorn que l’aurai visa

Non aurai pesança

Mon cor ai pres d’amor 

Que l’esperit lai cor

Mas lo cors es çai alhor

Luenh de ‘lei en França

 

Ieu n’ai la bon’esperança

Mas petit m’aonda

Qu’atressi’m ten en balança

Com’la nau en l’onda

Del mal pes que’m desenança

Non sai ont m’esconda

 Tota nuech me vir’e’m lança

De subre l’esponda

Pus trac pena d’amor

Que Tristan l’amador

Que’n sufrit manta dolor

Per Iseut la blonda

 

 Ai Diu ! Car non sei ironda

Que voles’per l’aire

Que vengues’ de nuech prionda

Lai, dins son repaire

Bona dòmna jauvionda 

Mòr’ se’l vòstr’amaire 

Paur ai que’l còr me fonda 

S’aiçò’m dure gaire

Dòmna, per vostr’amor

Jonh las mans e ador

Gent còrs amb frescha color

Grand mal me fatz traire

 

Qu’ al mond’non a nul afaire

D’ont ieu tant consire

Quand de’lei aug ren retraire

Que mon còr non i vire

E mon semblant no’m s’esclaire 

Que que’m n’aujatz dire 

Si qu’adès vos es vejaire

Qu’ai talent de rire

Tant l’am’de bon’amor

Que mantas vetz en plor

Per ço que melhor sabor

Me’n an los sospires

 

Messatgier, vai e cor

E di’m a la gensor

La pena e la dolor

Que’n trac e’l martire 

 

J’ai tant de bonheur dans mon cœur

Que tout me change de nature

Fleur blanche  vermeille et jaune

Me paraît la froidure

Avec le vent et la pluie

Ma félicité augmente

Car mon chant monte et s’elève

Et ma valeur grandit

       J’ai tant d’amour au cœur

       De joie et de douceur

       Que le gel me paraît être fleur

       Et la neige verdure

Je peux aller sans sans vêtement

Nu dans ma chemise

Car le pur amour me protège

De la bise froide

Mais est fou celui qui s’emporte

Et ne garde la mesure

Car j’ai commencé de me guérir

Depuis que j’ai recherché

       L’amour de la plus belle

       Dont j’attends tant de fortune

       Qu’à la place de sa richesse

       Je ne veux pas avoir Pise

De son amitié elle m'exclut

Mais j’ai bien confiance

Que du moins j’en ai conquis

La belle apparence

Et j’en ai a ma séparation

Tant de bonheur

Que le jour où je l’aurai vue

Je n’aurai plus de chagrin

       Mon cœur a pris d’amour

      Que l’esprit court là-bas

       Mais le corps est ici ailleur

       Loin d’elle en France

J’ai la bonne espérance

Mais cela m’aide peu

Qu’ainsi  elle me tient en balance

Comme la nef sur l’onde

Du mauvais poids qui me rend insensé

Je ne sais où me cacher

Toute la nuit je me tourne et je m'élance

Sur ma couche

       Je resens plus de peine d’amour

       Que Tristan l’amoureux

       Qui souffrit maintes douleurs

       Pour Iseult la blonde

Ah Dieu Que ne suis-je une hirondelle

Qui vole dans les airs

Qui vienne à la nuit profonde

Là dans son domaine

Bonne Dame réjouissante

Votre amoureux se meurt

J’ai peur que mon cœur ne fonde

Si cela dure pour moi encore un peu

       Dame  pour votre amour

      Je joins les mains et j’adore

      Ce beau corps avec fraiche couleurob_f5e11a_alienor-d-aquitaine

      Grand mal vous me faîtes souffrir

Il n’y a au monde nulle affaire

A la quelle je ne pense tant

Quand d’elle j’entends parler

Que mon cœur ne s'y tourne

Et mon visage ne s’éclaire

Qu’à moi vous n’osez dire

Qu’aussitôt il vous paraît

Que j’ai envie de rire

       Je l’aime tant de bon amour

      Que plusieurs fois en pleur

      Pour cela que meilleure saveur

      En ont mes soupirs

Messagier, va et cours

Et dis à la plus belle

La peine et la douleur

Que j’en souffre au martyre

 

Lo temps vai e ven e vire 

 

Lo temps vai e ven e vire


Per jorns, per mes e per ans


E ieu las no’n sai que dire


Qu’ades es un mon talant


Ades es un e no’s muda


Qu’una volh e’n ai volguda


Dont anc non ai jauviment

 

 Puei ela no’n per lo rire


A me’n ven e dol e dam


Qu’a tal jòc m’a fach assire


Dont ai lo pejor dos tant


Qu’aital amor es perduda


Qu’es d’una part mantenguda


Trò que fai accordament


 

Ben deuria esser blasmaire


De me mesei a rason


Qu’anc non nasquet cel de maire


Que tant servis’ en perdon


E s’ela non me ‘n chastia


Ades doblara’lh folia


Que fol non tem’ trò que prend


 

Jamai non serai chantaire


Ni de l’escòla N’Eblon


Que mos chantars no’m vol gaire


P1130012

Ni mas voltas ni mos sons


Ni res qu’ieu fassa ni dia


Non conosc que pron me sia


Ni no’i vai melhurament

Si tot fass’ de joi par 'vança


Molt ai dins lo còr irat


Qui vis anc mai penedança


Faire denant lo pechat

Ont plus la pres’ plus m’es dura


Mas si’n breu temps no’s melhura


Vengut er’ al partiment


 

Però ben es qu’ela’m vença


A tota sa volontat


Que s’el’a tort o bistença


Ades n’aura pietat


Que ço mòstra l’Escritura


Causa de bon’aventura


Val un sol jorn mai de cent


 

Ja no’m partrai a ma vida


Tant coma sia sal ni san


Que puei l’arma n’es eissida

Balaia longtemps lo gran


E si tòst non s’es cochada


Ja per me no’n es blasmada


Sol d’ieu adenan s’esmend


 

Ai  Bon’amor encobida


Còrs ben fach delgat e plan


Frescha chara colorida


Que Dieu formet amb sas mans


Tot temps vos ai desirada


Que res autras non m’agrada


Autra amor non volh nient


 

Doça res ben enseinhada
      

Cel qu’os a tant gent formada
      

Me’n don cel jòi qu’ieu atend


 91899752

Le temps va et vient et tourne


Par jours  par mois et par ans


Et moi hélas je ne sais que dire


Qu’unique est mon désir


Il est toujours unique et ne change


Qu’une je veux et n’ai voulue


Dont je n’ai jamais de joie


 

Puisqu’elle ne perd le rire


Il m’en vient souffrance et dommage


Qu’à un tel jeu elle m’a fait asseoir


Dont j’ai le pire deux fois

Qu’ainsi l’amour est perdu


Qui n’est maintenu que d’un côté


Jusqu’à ce quelle donne son accord


 

Je devrais être blâmable


De moi même avec raison


Que jamais celle qui naquit de mère


Que j’ai tant servi en vain


Et si elle ne me punit pas


Encore doublera ma folie pour elle


Que Le fou ne craint rien avant les coups


 

Jamais je ne serai chanteur

De l’école du sire Eble


Car mes chants ne me valent guère


Ni mes couplets ni mes mélodies


Ni rien que je fasse ni dise


Je ne connais rien qui me fasse profit


Et je n’y vois aucune amélioration


 

Si j’ai une apparence de joie


J’ai dans le cœur beaucoup de tristesse


Qui ne vit jamais plus de pénitence


Faire avant le péché


Plus je la prie plus elle me résiste


Mais si dans peu de temps elle ne s’améliore


On en viendra à la séparation


 

Pourtant cela est bien qu’elle me soumette


A toute sa volonté


Que si elle a tort ou retarde


Bientôt elle aura pitié


Et la Sainte Ecriture montre


Quand il s’agit de bonheur


Vaut un seul jour plus de cent


 

Jamais je ne quitterai à ma vie


Tant comme je suis sain et sauf


Que quand la pousse est sortie

Le grain longtemps se balance


Et si aussitôt elle ne s’est pas hâtée


Jamais par moi elle n’en sera blâmée


Si seulement elle s’amande


 

Ah  Bon amour convoitée


Corps bien fait  délicat et élancé


Visage frais et coloré


Que Dieu formait avec ses mains


De tout temps je vous ai désirée

Que personne d’autre ne me plait


D’autre amour je ne veux point


 

Douce personne bien instruite

Celui qui vous a fait si jolie


Me donne du ciel la joie que j’attend


 

 

 

Can_vei_la_lauzeta_mover

 

Quand vei la lauveta móver

 

Quand vei la lauveta mover

De joi sas alas contra’l rai

Que s’oblid’e’s laissa chaser 

Per la dolçor qu’al còr l’i vai

Ai ! Tant grand’enveja me’n ven

De quilhs qu’ieu veja jauviond

Meravilhas ai, car dessen

Lo còr de desirier no’n fond

 

Ailas ! Tant cujava saber 

D’amor, e tant petit en sai !

Car ieu d’amar no’m pòsc tener

Celei dont ja pro non aurai

Tòut m’a mon còr e tòut m’a me

E se meseis e tot lo mond

E quand se’m tolc, no’m laisset re

Mas desirier e còr volont

 

Anc non agui de me poder

Ni non fiu meu de l’or’ençai 

Que’m laisset en sos uelhs veser

En un miralh que molt me plai

Miralh, puie me mirei en te

M’an mòrt li sospirs de priond

Qu’aissi perdei com’perdet se

Lo bel Narcissus en la font

 

De las dòmnas me desesper 

Ja mai en lor no’m fiarai

Qu’aissi com’ las sòlh chaptener

Enaissi las dechaptenarai

Puei vei qu’una pro non me’n ten 

Ves lei que’m destrui e’m confond

Totas las dobte e las mescre

Car ben sai qu’atretrals se son

 

D’aiço’s fai ben femna parer

Ma dòmna, per qu’e’lh o retrai

Car non vol ço qu’òm deu voler

E çò qu’òm li devada fai

Chasut sei en mala merces 

E ai ben fach co’l fòl en pont

E non sai perque m’esdeven

Màs car tròp pojei contra mont

 

Merces es perduda per ver

E ieu non o saubi anc mai

Car quilh qui plus en degr’aver 

No’n a ges, e ont la querrai  

A ! Quant mal sembla, qui la ve

Que aquest chaitui desirond

Que ja sens lei non aurà ben

Laisse morir, que non l’aond 

 

Puei amb midòn no’m pòt valer

Pres ni merces ni’l drechs qu’ieu ai

Ni a lei non ven a plaser

Qu’ieu l’am’, ja mai no’lh zo dirai

Aissi’m part de lei e’m recre

Mòrt m’a, e per mòrt li respond

E vau m’en, puie ilh n’om reten

Chaitiu, en exilh, non sai ont

 

Tristan, ges no’n auretz de me

Qu’ieu m’en vau, chaitiu, non sai ontP3200040

De chantar me gic e’m recre

E de jòi e d’amor m’escond

 

Quand je vois l’alouette s’élancer
De joie ses ailes contre le rayon du soleil
Qui perd la tête et se laisse tomber 
De la douceur qui lui va au cœur 
Ah tant grand’envie me vient
De ceux que je vois réjouis
Je m’émerveille qu’aussitôt
Mon cœur ne fonde de désir

Hélas Je croyais connaître beaucoup 
De l’amour et si peu j’en sais 
Car je ne peux m’empécher d’aimer
Celle dont je n’aurai jamais les faveurs
Elle m’a pris mon cœur et moi tout entier 
Et elle même et tout le monde
Et quand elle me prit ne me laissait rien
Que désir et cœur avide

Jamais je n’eus de pouvoir sur moi
Ni ne fus moi-même depuis 
Qu’elle me laissait voir dans ses yeux
Dans un miroir qui me plait beaucoup
Miroir depuis que je me mirais en toi
M’ont tué les soupirs profonds
Qu’ainsi je me perds comme se perdit
Le beau Narcisse à la source

Des dames je me désespère 
Jamais je ne me fierai en elle
Que si j’avais coutume de les exalter
troubadour6 copy 2Désormais je les abandonnerai
Puisque je vois que je n’ai pas de faveur 
De celle qui me détruit et me fait périr
De toutes je doute et je ne les crois pas
Car je sais bien qu’elles sont toutes pareilles

De cela elle se montre bien femme
Ma dame pour cela je lui fais reproche
Car elle ne veut pas ce qu’on doit vouloir
Et fait ce qu’on lui défend de faire
Je suis tombé en mauvaise disgrâce 
Et j’ai bien fait comme le fou sur le pont
Et je ne sais pourquoi cela m’est arrivé
Mais seulement que je suis monté trop haut.


Pitié est perdue en vérité
Et je n'en sus jamais d'avantage
Car celle qui en devrait plus avoir 
N'en a pas et où la chercher 
Ah comment cela semble mal pour qui la voit
Du malheureux qui la désire
Et qui sans elle n'aura nul bien
Le laisser mourir sans l'aider 

Puisqu'avec ma dame cela ne peut me valoir 
Ni prière ni pitié ni mes droits
Et que cela ne lui fait aucun plaisir
Que je l'aime et jamais ne lui dirai
Ainsi je la quitte et je m'avoue vaincu
Elle m'a tué et je lui réponds par ma mort
Et je m'en vais puisqu'elle ne me retient pas
Malheureux en exil je ne sais où

        Tristan vous n'aurez plus rien de moi 
        Car je m'en vais malheureux je ne sais où
        De chanter je cesse et je m'en désintéresse
       De l'être aimé et de l'amour je me cache

 

(grafia mai revirada -amb l'ajuda daus ancians)

 Ivon

 

 

Posté par Lemivon à - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur Bernard de Ventadorn-Vida mai tres chançons

Nouveau commentaire