Musicas lemosinas

05 juin 2014

TRES CHANÇONS

CATARINA MA VESINA

 

Catarina ma vesina

Dona de civada aus Buòus

E de grun a las jalinas

Se vòles que te fasian d'uòus

poules_t

 

Catarina ma vesina

Balha-me lo brave tambor

Que ma chata se marida

La vòle far dançar un torn

 

Catarina ma vesina

Jogarai deman de piston

Que ma vacha Baptistina

Se marida emb lo beu quinson

 

Catarina ma vesina

Ont as sarrat lo violon

Faran festa per la prima

L'irondela e lo parpalhon

 

Catarina es coquina

Quand me chanta sa chançon

Anem dançar sus la colina

Lo rondeu de l'accordeon

 

Catherine ma voisine


Donne de l'avoine aux bœufs 


Et du grain aux poules


Si tu veux qu'elles te fassent des œufs

 

Catherine ma voisine


Donne-moi le beau tambour


Que ma chatte se marie


Je veux la faire danser un tour

 

Catherine ma voisine


Je jouerai demain du piston


Que ma vache Baptistine


Se marie avec le beau pinson

 

Catherine ma voisine


Où as-tu rangé le violon


Feront fête pour le printemps


L'hirondelle et le papilllon

 

Catherine est coquine


Quand elle me chante sa chanson


Allons danser sur la colline


Le rondeau de l'accordéon

 

TANT AI MON COR PLEN DE JOIA

 

Tant ai mon còr plen de jòia

Tot me desnatura

Flor blancha vermelh'e bloia

Me par'la frejura

Qu'amb lo vent e amb la ploia  

Me creis l'aventura

Per que mon chant monte e poia

E mon pretz melhora

      Tant ai au cor d'amor

      De joi e de doçor

      Que lo giau me sembla flor

92960558

       E la neu verdura

 

Anar posc sens vestidura

Nu, en ma chamisa

Que fin'amor m'assegura

De la freja bisa

Mas es fol qui's desmesura

E no's ten de guisa

Per qu'ieu ai pres de mi cura

Dempueis qu'ai enquisa

       La pus bela d'amor

       D'ont attens tant d'onor

       Car en luec de sa richor

       Non volh aver Pisa

 

De s'amistat me recisa

Mas ben n'ai fiança

Que sival ieu n'ai conquisa

La bela semblança

E ai n'en a ma devisa

Tant de benanança

Que ja'l jorn que l'aurai visa

Non aurai pesança

      Mon cor ai pres d'amor

      Que l'esperit lai cor

      Mas lo còrs es çai alhor

      Luenh de 'lei en França

 

Ieu n'ai la bon'esperança

Mas petit m'aonda

Qu'atressi'm ten en balança

Com'la nau en l'onda

Del mal pes que'm desenança

Non sai ont m'esconda

Tota nuech me vir'e'm lança

De subre l'esponda

       Pus trac pena d'amor

      Que Tristan l'amador

      Que'n sufrit manta dolor

      Per Iseut la blonda

 

Ai Diu  Car non sei ironda

Que voles'per l'aire

Que vengues' de nuech prionda

Lai dins son repaire

Bona dòmna jauvionda

Mòr' se'l vòstr'amaire

Paur ai que'l còr me fonda

S'aiçò'm dure gaire

       Dòmna per vostr'amor

       Jonh las mans e ador

       Gent còrs amb frescha color

       Grand mal me fatz traire

 

Qu'al mond'non a nul afaire

D'ont ieu tant consire

Quand de'lei aug ren retraire

Que mon còr non i vire

E mon semblant no'm s'esclaire

Que que'm n'aujatz dire

Si qu'adès vos es vejaire

Qu'ai talent de rire

       Tant l'am'de bon'amor

       Que mantas vetz en plor

       Per ço que melhor sabor

       Me'n an los sospires

 

Messatgier, vai e cor

E di'm a la gensor

La pena e la dolor

Que'n trac e'l martire

 

J'ai tant de bonheur dans mon cœur

Que tout me change de nature

Fleur blanche  vermeille et jaune

Me paraît la froidure

Avec le vent et la pluie

Ma félicité augmente

Car mon chant monte et s'elève

Et ma valeur grandit

       J'ai tant d'amour au cœur

       De joie et de douceur

       Que le gel me paraît être fleur

       Et la neige verdure

Je peux aller sans sans vêtement

Nu dans ma chemise

Car le pur amour me protège

De la bise froide

Mais est fou celui qui s'emporte

Et ne garde la mesure

Car j'ai commencé de me guérir

Depuis que j'ai recherché

       L'amour de la plus belle

       Dont j'attends tant de fortune

       Qu'à la place de sa richesse

       Je ne veux pas avoir Pise

De son amitié elle m'exclut

Mais j'ai bien confiance

Que du moins j'en ai conquis

La belle apparence

Et j'en ai a ma séparation

Tant de bonheur

Que le jour où je l'aurai vue

Je n'aurai plus de chagrin

       Mon cœur a pris d'amour

      Que l'esprit court là-bas

       Mais le corps est ici ailleur

       Loin d'elle en France

J'ai la bonne espérance

Mais cela m'aide peu

Qu'ainsi  elle me tient en balance

Comme la nef sur l'onde

Du mauvais poids qui me rend insensé

Je ne sais où me cacher

Toute la nuit je me tourne et je m'élance

Sur ma couche

       Je resens plus de peine d'amour

       Que Tristan l'amoureux

       Qui souffrit maintes douleurs

       Pour Iseult la blonde

Ah Dieu Que ne suis-je une hirondelle

Qui vole dans les airs

Qui vienne à la nuit profonde

Là dans son domaine

Bonne Dame réjouissante

Votre amoureux se meurt

J'ai peur que mon cœur ne fonde

Si cela dure pour moi encore un peu

       Dame  pour votre amour

      Je joins les mains et j'adore

      Ce beau corps avec fraiche couleur

      Grand mal vous me faîtes souffrir

Il n'y a au monde nulle affaire

A la quelle je ne pense tant

Quand d'elle j'entends parler

Que mon cœur ne s'y tourne

Et mon visage ne s'éclaire

Qu'à moi vous n'osez dire

Qu'aussitôt il vous paraît

Que j'ai envie de rire

       Je l'aime tant de bon amour

      Que plusieurs fois en pleur

      Pour cela que meilleure saveur

      En ont mes soupirs

Messagier, va et cours

Et dis à la plus belle

La peine et la douleur

Que j'en souffre au martyre

 

93003456

 

SOM SOM

 

Som som vene vene vene

Som som vene vene donc

 

Lo som som vòu pas venir

Lo petiòt vòu pas durmir

Lo petiòt vòu pas durmir

Ne’n troba pas lo chamin

 

Nai nai som som

Vene vene vene vene

Nai nai som som

Duerm duerm mon pitit

 

Lo som som es arribat

A chavau sus una chabra

Tornarà deman matin

A chavau sus un polin

 

La mamà es dins lo canton

Que fai cueire lo milhasson

Lo papa a un auseu

Sus la poncha d’un coteu

 

Sommeil sommeil

Viens ViensViensViens

Sommeil sommeil

Viens Viens donc

 

Le sommeil ne veut pas venir

Le petit ne veut pas dormir

Le petit ne veut pas dormir

Il n'en trouve pas le chemin

 

Do do sommeil sommeil

Dors dors mon petit

 

Le sommeil sommeil est arrivé

À cheval sur une chèvre

Il reviendra demain matin

À cheval sur un poulain

 

La maman est dans l'âtre

Qui fait cuire le millassou

Le papa a un oiseau

Sur la pointe d'un couteau

 


Ivon

 

 

Posté par Lemivon à 00:24 - Commentaires [0] - Permalien [#]


26 mars 2014

Tres Valsas d'a Sent Salvador

 

 

 

ò disset lo jai, ieu lo maridarai

Çò disset l'ajaça, ieu dansarai la valsa"

 

Tres valsas composadas per lo Chantaire /Violonaire Léon Peyrat de Corresa (19) ; doas en occitan lemosin mai una en françés.

 

Trois valses jouées au violon par leur compositeur Léon Peyrat (avril 1981)

sur lesquelles j'ai chanté les paroles écrites par le violonaire :)

 

Léon Peyrat

 

3286a3084f9e090cb593313360eda8eb-500x500

 

 

(St-Salvadour/Limousin/France)

Violoneux corrézien de talent, Léon Peyrat était aussi un excellent chanteur. Ce disque en forme de portrait est le fruit d’une sélection effectuée à partir de différentes enquêtes entreprises en 1975 sur les violoneux corréziens. 

On peut écouter "Les yeux de ma mie" sur le site du CRMT :

 
http://www.crmtl.fr/spip.php?article25

 

LabelRéférenceAnnéeSupportPrix unitaire
Modal MPT 212002 1999 CD 19,00 € - ÉPUISÉ

 

Morceaux, plages 

1 Chanson "Faire la ribote avec l’argent du paysan" 
2 Valse de Saint-Salvadour 
3 Chanson "Le printemps est venu, j’entends les alouettes" 
4 Bourrée "Garda ton bon temps bargiera" 
5 Bourrées "Lo chapel de palha" et "Los garçons d’a Neuviala" 
6 Bourrée "Depuis Paris jusqu’à Valence"  
7 Marche à la cabrette 
8 Poème "A mon petit riu" 
9 Valse "Les yeux de ma mie"  
10 Mélodie "Ieu sei una campanharda" 
11 Valse "La chançon de mon grand-paire" 
12 Bourrée "Ma maire n’avia màs ’na dent"  
13 Valse à la chabrette 
14 Chanson "La belle se promène" 
15 Polka "Chas nos aviám un tròç de bela-maire" 
16 Bourrée "de Gimel 1" 
17 Suite de bourrées "La sautarel" et "Bourrée de Gimel 2" 
18 Valse "Mariez-moi ma mère" 
19 Bourrée "Tout le long du bois" 
20 Bourrée "Las dròllas dau Lonzac" 
21 Chanson "Dessus lo rota dau Lonzac" 
22 Valse "Pourquoi sur mon chemin..." 
23 Chanson "Je viens te dire adieu charmante Rosalie" 
24 Mélodie "Bela Fanson" 
25 Valse "Le mois de mai est revenu.." 
26 Bourrée "du Tacot" 
27 Suite de bourrées "Paire, maire" et "I eron un, i eron dos" 
28 Noël "Diu lai es davalat"  
29 Mazurka 
30 Chanson "Le printemps est venu" 
31 Chanson "A ta santat camarada Rosador" 
32 Mélodie "A la poncha d’un suqueton" 
33 Chanson "Adieu Privas" 
34 Chanson "A la table d’un boulanger" 
35 Chanson "Per vos parler de mon pais" 
36 Bourrée du piano mécanique 
37 Bourrée de St Clément 
38 Bourrée "Fai anar ton violon" 
39 Bourrée "D’a Ros" 

 

P3240173

 

P3230158

 

"La chançon de mon grand-paire" est sur le "Cahier de chansons" de  Jean-Marc delaunay.

 

P3230163

 

39-la-fete

 

 

Les filles de Léon Peyrat m'ont transmis les paroles des deux autres chansons. Plan mercès ! :-) 

P3230166

 

Ivon

Posté par Lemivon à 22:57 - Commentaires [0] - Permalien [#]

17 février 2014

Me sei mesa en dança

 

 

 

 

ME SEI MESA EN DANÇA (dança de la prima)

 

Me sei mesa en dança entre dos galants ma mia

Photo du 60447264-02- à 16

Me sei mesa en dança entre dos galants

Lo que mai m’aimava m’a sarrat la man ma mia

Lo que mai m’aimava m’a sarrat la man

 

Galant se m’aimavas coma fas semblant

Te fariá libreiar de quauques ribans ma mia

 

Photo du 56828924-02- à 15N'ai 'chaptat un roje mai dos verd e blanc

Los te chaudrà metre mas tres còps per ans ma mia

 

Un per Pendagosta l’autre per Sent Joan

L’autre a nòstras noças bela quand siran 

 

L’autre a nòstras noças bela quand siràn

Galant mas nocetas ne son pas d’ujan

Photo du 60217409-02- à 16

Ivon 

Posté par Lemivon à 14:29 - Commentaires [0] - Permalien [#]

02 février 2014

ÇAI SON VENGUTS mai PODE PAS TRABALHAR

 

 

Çai son venguts los dròlles d’a Neuviala

 

Çai son venguts los dròlles d'a Neuviala

Çai l'an menat lo vaslet de Fauria

Çai l'an menat aqueu tant gentie masle

Çai l'an menat lo mielh coifat d'Orlhac


Se'n pren, s'en vai, s'en vai a Chamboliva

Fiera dei Lonsac querre una blauda

La faguet far a la novela mòda

En far lo torn bordada de velors

 

'Gacha me bian o ma mia Marieta

'Gacha me bian se ma blauda vai bian

Te vai pas bian segur mon paubre Piare

Se me cresias la tornarias chamjar

 

Se'n pren, s'en vai, se'n entorna a la fiera

Fiera au Lonsac per chamjar sa blauda

Li fai botar d'aquelhs botons d'escalha

Gentes ribans per las filhas d'a Sarran

 

En tot arcar lo randal de La Chiesa

La fai estissar la pòrta petassar

Petassa-la ò ma mia Marieta

Petassa-la quò te serà paiat

 

Ieu n'ai cinq sòus au fons de ma borseta

Mai beleu mai ieu te los donarai

Se quò es pas pron ò ma mia Marieta

Sei brave enfant nautres nos 'dobarem

 

Pòde pas trabalhar lo diluns

   

Pòde pas trabalhar lo diluns

Aquò fai chantar lo cocut

 

Bevem un còp bevem ne'n dos

A la santat de beure dau vin

Bevem un còp bevem ne'n dos

A la santat dau amoros

Pòde pas trabalhar lo dimars

Quò es lo congier de mon chaval

 

Pòde pas trabalhar lo dimecres

Aquò contranhariá mon mestre

 

Pòde pas trabalhar lo dijòus

Aquò me grata dins mos piaus

 

Pòde pas trabalhar lo divendres

Quò me dòl dins lo costat drech

 

Pòde pas trabalhar lo dissabte

Me sei cassat lo pitit det

 

E lo dimenche ?…

Me pause en anar beure mon car

 

Ivon

Posté par Lemivon à 01:24 - Commentaires [0] - Permalien [#]

SABETZ PAS mai QUAND LO MERLE

 

  


Sabetz pas coma fasián las chançons

 

Sabetz pas coma fasián las chançons

Dei temps de mon grand-paire

Nos parlavan de filhas de garçons

De chaçaires e de lops

Totas aquelas complentas

Que avián tant bian lor plaças aicí

Quò es la votz de la terra

Lo sovenir e l'arma dei país

 

Nos parlavan sovent dei valeton

E de la chambariera

La moliniera e son petit molin

E de son ase gris

Las amors malurosas

De la bargiera e son gentil senhor

Lo soldard a la guerra

Las femnas qu'eran fidelas o non

 

Aura qu'avetz totas los elements

Per ne'n tornejar una

Despachatz-vos nos fajatz pas languir

Ai trabalh mos amics

Botatz tot dins una biaça

Damenatz bian e quand la drubirem

Ne'n sauterà 'na brava

Que vos e ieu ensemble chantarem

 

Vous ne savez pas comment on faisait les chansons

Du temps de mon grand-père

Elles nous parlaient de filles de garçons

De chasseurs et de loups

Toutes ces complaintes

Qui avaient si bien leur place ici

C'est la voix de la terre

Le souvenir et l'âme du pays

 

Elles nous parlaient souvent du petit valet

Et de la chambrière

La meunière et son petit moulin

Et de son âne gris

Les amours malheureuses

De la bergère et son gentil seigneurs

Le soldat à la guerre

Les femmes qui étaient ou non fidèles

 

Maintenant que vous avez tous les éléments

Pour en tourner une

Dépêchez-vous ne nous faites pas languir

Au travail mes amis

Mettez tout dans un sac

Secouez bien et quand nous l'ouvrirons

Il en sortira une belle

Que vous et moi ensemble nous chanterons

 

 

 

Quand lo merle sauta au prat

 

Quand lo merle sauta au prat

Leva la coeta leva la coeta

Quand lo merle sauta au prat

Leva la coeta  baissa lo nas

 

E d'a fuòc filhas garçons

Farem la nòça farem la nòça

E d'a fuòc filhas garçons

Farem la nòça farem la nòça

Achabatz d'entrar

 

Quand lo novi sauta au prat

Tomba la vesta

Baissa lo nas

 

Quand la nòvi sauta au prat

Tomba la rauba

Escarta lo bras

 

Quand se troban totas dos

Tomba la vesta tomba la rauba

Aquí se manjan de potons

 

Ivon

Posté par Lemivon à 00:41 - Commentaires [0] - Permalien [#]



14 janvier 2014


Lo temps vai e ven e vire


 

 

 

Lo temps vai e ven e vire 

62878626_p


Bernart de Ventadorn

 


Lo temps vai e ven e vire


Per jorns, per mes e per ans


E ieu las no’n sai que dire


Qu’ades es un mon talant


Ades es un e no’s muda


Qu’una volh e’n ai volguda


Dont anc non ai jauviment

 

 

Puei ela no’n per lo rire


A me’n ven e dol e dam


Qu’a tal jòc m’a fach assire


Dont ai lo pejor dos tant


Qu’aital amor es perduda


Qu’es d’una part mantenguda


Trò que fai accordament


 

Ben deuria esser blasmaire


De me mesei a rason


Qu’anc non nasquet cel de maire


Que tant servis’ en perdon


E s’ela non me ‘n chastia


Ades doblara’lh folia


Que fol non tem’ trò que prend


 

Jamai non serai chantaire


Ni de l’escòla N’Eblon


Que mos chantars no’m vol gaire


Ni mas voltas ni mos sons


Ni res qu’ieu fassa ni dia


Non conosc que pron me sia


Ni no’i vai melhurament

Si tot fass’ de joi par 'vança


Molt ai dins lo còr irat


Qui vis anc mai penedança


Faire denant lo pechat

Ont plus la pres’ plus m’es dura


Mas si’n breu temps no’s melhura


Vengut er’ al partiment


 

Però ben es qu’ela’m vença


A tota sa volontat


Que s’el’a tort o bistença


Ades n’aura pietat


Que ço mòstra l’Escritura


Causa de bon’aventura


Val un sol jorn mai de cent


 

Ja no’m partrai a ma vida


Tant coma sia sal ni san


Que puei l’arma n’es eissida

Balaia longtemps lo gran


E si tòst non s’es cochada


Ja per me no’n es blasmada


Sol d’ieu adenan s’esmend


 

Ai  Bon’amor encobida


Còrs ben fach delgat e plan


Frescha chara colorida


Que Dieu formet amb sas mans


Tot temps vos ai desirada


Que res autras non m’agrada


Autra amor non volh nient


 

Doça res ben enseinhada
      

Cel qu’os a tant gent formada
      

Me’n don cel jòi qu’ieu atend


 

Le temps va et vient et tourne


Par jours  par mois et par ans


Et moi hélas je ne sais que dire


Qu’unique est mon désir


Il est toujours unique et ne change


Qu’une je veux et n’ai voulue


Dont je n’ai jamais de joie


 

Puisqu’elle ne perd le rire


Il m’en vient souffrance et dommage


Qu’à un tel jeu elle m’a fait asseoir


Dont j’ai le pire deux fois

Qu’ainsi l’amour est perdu


Qui n’est maintenu que d’un côté


Jusqu’à ce quelle donne son accord


 

Je devrais être blâmable


De moi même avec raison


Que jamais celle qui naquit de mère


Que j’ai tant servi en vain


Et si elle ne me punit pas


Encore doublera ma folie pour elle


Que Le fou ne craint rien avant les coups


 

Jamais je ne serai chanteur

De l’école du sire Eble


Car mes chants ne me valent guère


Ni mes couplets ni mes mélodies


Ni rien que je fasse ni dise


Je ne connais rien qui me fasse profit


Et je n’y vois aucune amélioration


 

Si j’ai une apparence de joie


J’ai dans le cœur beaucoup de tristesse


Qui ne vit jamais plus de pénitence


Faire avant le péché


Plus je la prie plus elle me résiste


Mais si dans peu de temps elle ne s’améliore


On en viendra à la séparation


 

Pourtant cela est bien qu’elle me soumette


A toute sa volonté


Que si elle a tort ou retarde


Bientôt elle aura pitié


Et la Sainte Ecriture montre


Quand il s’agit de bonheur


Vaut un seul jour plus de cent


 

Jamais je ne quitterai à ma vie


Tant comme je suis sain et sauf


Que quand la pousse est sortie

Le grain longtemps se balance


Et si aussitôt elle ne s’est pas hâtée


Jamais par moi elle n’en sera blâmée


Si seulement elle s’amande


 

Ah  Bon amour convoitée


Corps bien fait  délicat et élancé


Visage frais et coloré


Que Dieu formait avec ses mains


De tout temps je vous ai désirée

Que personne d’autre ne me plait


D’autre amour je ne veux point


 

Douce personne bien instruite

Celui qui vous a fait si jolie


Me donne du ciel la joie que j’attend


 

P1130012

Ivon

 

Posté par Lemivon à 12:17 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Çò disset la sensilha

 

 Çò disset la sensilha

 

mesange-charbonniere

Çò disset la sensilha  

Ieu maride ma filha

 

pinson

 

Çò disset lo pinçon

Ieu serai son espos

 

E rigondà maridà

E rigondèna

 

fauvette

Çò disset la fauvèta

Ilhs faran bona festa

 

milan

 

 

Çò disset lo miaulard

Ieu  fornirai lo lard

 

 

loriot

Çò disset lo lauriòu

Ieu  fornirai los iòus

 

 

 

alouette

Çò disset la lauvèta

Ieu  farai la molèta

 

 

perdrix

Çò disset  la perdis

Ieu fornirai lo vin

 

 

 

 

grive

Çò disset la triá

Ieu fornirai lo pan

 

 

geai

Çò disset lo jai

Ieu los maridarai

 

 

piebavarde

 

Çò disset  l’ajaça

Ieu dansarai la valsa

 

 

merle

Çò disset lo merla

Farai lo chabretaire

 

 

chouette

Çò disset lo chavan

Ieu ucharai davant

 

 

 

epervier

Çò disset l’esmochet

Ieu prestarai mon liech

 

 

 

 

 

rossignol

Disset  lo rossinhòu

Prestarai mon linçòu

 

 

etourneau

Çò disset l’estorneu

Baissarai lo rideu

 

 

hirondelle

 

Çò disset l’irondela

Ieu tendrai la chandela

 

 

 

huppe

Çò disset la peput

Ieu fornirai lo grun

 

coucou

 

 

 

Çò disset lo cocut

L’i vese mas dau blu

 

E rigondà maridà

E rigondèna

 

Photos tirés du super site :

http://www.oiseaux.net/oiseaux/france.html

 
Ivon

Posté par Lemivon à 12:08 - Commentaires [0] - Permalien [#]

03 décembre 2013

NON PÒSC SOFRIR QU'A LA DOLOR

 

 

70539863_p

Guiraud de Bornelh

 

 

Non pòsc sofrir qu'a la dolor 

 

I

 

Non pòsc sofrir qu'a la dolor****Je ne peux supporter qu'à la douleur

De las dents, la lenga non vir',****Des dents, la langue ne tourne,

E'l còr a la novella flor****Et le cœur, à la fleur nouvelle

Lanquand vei los ramels florir****Lorsque je vois les rameaux fleurir

E'l chants son pel boscatge****Et que s'élèvent dans les bocages

Dels aucelets enamorats****Le chant des oiseaux épris

Et si tot m'estauc apensats****Et si de tout je me soucie

Ni pres per malauratges****Et pris par un sort funeste

Quand vei champs e vergiers e prats****Quand je vois champs, vergers et prés

Mi renovella mos solatz****Cela me redonne courage

 

II

 

Qu'ieu non m'esfòrç d'autre labour****Je ne m'applique à d'autre tâche

Mas de chantar e d'esjauvir****Que de chanter et de donner la joie,

Qu'una nuech somnava en pascor****Une nuit du temps de Pâque, je fis le rêve

Tal som qui me fetz esbaudir****Qui me remplit de joie

D'un esparvier ramatge****D'un épervier sauvage

Que s'era sus mon ponh pausat****Qui s'était posés sur mon poing

E si'm semblava adomenjat**** Et s'il me semblait apprivoisé

Anc non vi tant salvatge****Jamais je n'en vis d'aussi farouche

Mas puie fon manier e privat****Mais par la suite, il devint docile et familier

E de bon gèts apreisonat****Et de bons liens emprisonné

 

PC020012

III

 

El som contei a mon senhor****Je contai ce songe à mon seigneur

Qu'a son amic lo deù òm dir'****Qu'à son ami on doit le dire

E narret lo'm tot en amor****Il m'interpréta tout, sur le plan de l'amour

E ditz que ja no'm pòt falhir****Et il me dit que je ne pouvais manquer

Que d'outra mon paratge****Qu'au delà de ma conditon

Non m'aia tal amig'en patz****Je n'ai pas naturellement une telle amie

Quand pro mi serai trabalhat****Quand je m'en serai assez donné de peine

Qu'anc òm de mon linhatge****Que jamais un homme de mon lignage

Ni d'outra ma valor assat****Ni d'une valeur supérieure

Non amet tal ni'n fut amat****N'aima autant et n'en fut aimé

 

IV

 

Ara n'ai vergonha e paur****Maintenant, j'en ai honte et peur

E'm n'esvelh, e'n planh'e sospir****Et je me réveille, me lamente et soupire

E lo som tenh ma grand' falor****Et je tiens le songe pour une grande folie

E non cuj' ja puesc'avenir****Et je ne crois pas qu'il puisse se réaliser

Però del fat coratge****Pourtant de la sotte pensée

Non pòt partir un rich pensas****Je ne peux perdre un puissant espoir

Orguelhos e desmesurat****Orgueilleux et démesuré

Qu'après nòstre passatge****Qu'après notre retour

Sai que lo som sera vertat****Je sais que lo rêve sera une réalité

Aissi drech com'me fon narrat****Aussi vrai comme il me fut narrer

 

V

 

E puie ausiretz chantador****Et puis vous entendrez chanteur

E chançons anar e venir****Et chansons aller et venir

Qu'ara, quand ren non sai m'ausor****Puisque maintenant, je ne peux tenir mon rang

Mi vuelh un pauc pus enardir****Je veux un peu plus m'enhardir

D'enviar mon messatge****A envoyer mon message

Que parle de nòstras amistats****Qui parle de nos amours

Que çai n'es faidit la meitat****Qu'ici la moitié n'en est bannie

Mas de lei non ai gatge****Mais d'elle, je n'ai pas de gage

Però ja non er'achabat****Pourtant, jamais n'est conclue

Nul far, s'ans non es commençat****Aucune affaire, si elle n'est pas commencée

 

VI

 

Qu'ieu ai vist commençada tor****Car j'ai vu une tour en construction

D'una sola peira bastir****Commencée par une seule pierre

A chada pauc pujar auçor****Peu à peu s'élever en auteur

Tant tro que la pòt òm garnir****Jusqu'à ce qu'une garnison puisse l'occuper

Per qu'ieu prenc vassalatge****C'est pourquoi je prends courage

D'aitan e si m'o conselhatz****D'autant que vous me le conseillez

Que'l vers puie er ben assonat****Que lorsque mes vers seront bien assonants

Farai metre'l viatge****Je les enverrai

Si tròb'qui lai lo'm guid viatz****Si je trouve ici un porteur rapidement

Amb que's desport e's don solat****Qu'avec cela elle est divertissement et plaisir

 

VII

 

E ieu m'ais ves emperador****Et je m'adresse à l'empereur

Ni ves rei vauc si'l vol grazir****Et vais vers le roi s'il veut l'accepter

Tot aissi com'a son trachor****De même qu'à son négociateur

Que no'l sap ni no'l pòt gandir****Qui ne le sait pas et ne peut éviter

Mi manc tener ostage****De me maintenir prisonnier

Lai en uns dels estranhs renhats****Là bas dans un des royaumes étrangers

Qu'aissi serai justiciat****Qu'ainsi je serai condamné

E mes en grand damnatge****Et mis en grand dommage

Si'l seu gent còrs grail e dolgat****Si son beau corps gracile et délié

M'es estranh ni m'estai irat****Me reste farouche et plein de courroux

 

VIII

 

E vos entendetz e veiratz****Et vous qui comprenez et voyez

Que sabetz mon lengatge****Qui connaissez mon langage

Quora que fasei mots serrats****Quand je compose des couplets obscurs 

S'ara los ai ben esclairats****Si maintenant, je les ai bien éclaircis

 

E sei m'en prim esforçat****Je me suis en premier efforcé

Qu'entendan qual chançon ieu fai****Qu'ils comprennent quelle chanson j'ai faite

 

Grafia modernisada, revirada e nòtas,

Ivon  

 

Posté par Lemivon à 09:54 - Commentaires [0] - Permalien [#]

28 novembre 2013

Louange de la main

Laus de la man de Marcelle Delpastre 

traduction de Dominique Decomps

PB280008

Posté par Lemivon à 19:14 - Commentaires [0] - Permalien [#]

LAUS DE LA MAN - Marcela Delpastre

 

 

 

Poesia de Marcela Delpastre, "Saumes Pagans", edicion dau "Chamin de Sent Jaume" (accompagnée par la guitare), 
suivie de "La Marion plora" à Joseph Perrier, violonaire du Cantal.
 

 

250px-M-delpastre

 

LAUS DE LA MAN 

 

Entre tot lauvarai la man

 

Cinc dets.

Lo ponh barrat,

L'ausel que duerm,

Emb la testa jos l'ala.

 

Cinc dets.

Lo ponh que se despleja

Coma una ala,

La fuelha de mai.

L'ausel que se desvelha.

La testa, las pautas, lo bec.

La man viventa.

Te lauvarai.

 

La man que se duebre

E s'estend vers l'aubre e vers lo pan,

Vers l'ombra e lo solelh,

E la chalor dau fuec.

 

La man qu'es facha

Per prener lo pan 

De la poncha daus dets.

Lo rasim sus la brancha,

E lo cròs de la man

Per culhir l'aiga entre las peiras.

 

Tot çò que se beu,

Tot ço que se minja.

E per portar au còrs ço que lai vai.

Te lauvarai.

 

La man qu'es facha

Per maniar la terra,

Per levar la gleva e per la trabalhar,

Per semenar lo blat

Dins los perfums de la derriera.

Ma man, te lauvarai.

 

La man qu'es facha

Per prestir lo pan,

L'argiu e la charn tendra.

Que sap tener, que sap portar.

 

Que fai montar lo grun

De la grana viventa,

E lo panier de las cliças ;

E lo plaser dau còr

Coma 'na flamba.

Que sap bastir, que sap flatar.

 

Que sap defendre sa vita,

Lo ponh barrat sus lo coteu.

E que se duebre sus la femna.

 

La man dura

Coma la raiç, coma la peira.

E que coneis charn contra charn

La doçor de la femna

E la chalor dau sang,

La peu umana.

 

La man qu'arresta lo taureu,

Que reten lo chavau.

E que ne garda pas lo vent.

 

La man sabenta.

Que fòrma lo gatge,

E que ne'n fai tot ço que chau.

La man poderosa

sus la vita e sus la mòrt.

Qu'embraça l'aubre o be l'amor.

 

La man que fai, la man que sap,

La man que tròba.

Poderosa sus l'avenir e la memòria.

 

T'ai lauvat, man de l'òme.

Te lauvarai d'enguera.

Quand te pausas sus la seda dau ciau

E lo miralh de l'aiga,

Quand t'enduermes dins lo bonaür,

Quand te levas per la cridada,

Quand te dreças per la dolor,

Quand te juntas per la pregiera,

Quand te juntas emb l'autra man,

La man de l'autre,

Que fas un liam entre los còrs,

D'una arma a l'autra.

Te lauvarai, te lauvaria d'enguera.

 

Quand laissas anar las mans

Que te teniàn sus questa terra,

E que tombas dins lo temps mòrt.

 

Marcela Delpastre

SAUMES PAGANS

Edicions dau Chamin de Sent Jaume

001

 

Ivon 

 

 

Posté par Lemivon à 18:23 - Commentaires [0] - Permalien [#]



Fin »