Musicas LemosinAuvernha

27 juillet 2015

La chançon de mon Grand-paire

images2

 

Posté par Lemivon à 18:39 - Commentaires [0] - Permalien [#]


Les yeux de ma Mie

 



l peyrat 3

Posté par Lemivon à 18:26 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Valsa de St Salvador

Photo on 2014-03-24 at 19

 

Posté par Lemivon à 18:06 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Quand vei la Lauveta

Aliénor

 

Posté par Lemivon à 14:56 - Commentaires [0] - Permalien [#]

1chat_venta1

 

Posté par Lemivon à 14:44 - Commentaires [0] - Permalien [#]



Photo on 2015-04-02 at 21

 

Posté par Lemivon à 11:39 - Commentaires [0] - Permalien [#]

troubadour6 copy 3

 

Posté par Lemivon à 11:29 - Commentaires [0] - Permalien [#]

10 avril 2015

50 borréias chantadas per Ivon

 

50 Borréias chantadas " lo son mai los mots "

"Un repertòri per las Ròdas de las "Nuechs de la Borréia lemosina" (mai auvernhata :)…" 

1024px-Bourrée_d'Auvergne

 

Je chante le premier couplet de chaque bourrée (sur les 100 bourrées chantées que je joue au violon ou au diato).

Toutes les bourrées sont en occitan (il existe très peu de Bourrées d'ici en français)

Je précise que "bourrée" signifie à trois temps…(c'est comme dire "champignons" quand on parle de "cèpes" en Corréze ;)

 

Lo parpalhòu seg la candela,

E l'amorós seg la beutat

Lo parpalhòu burla sas alas,

E l'amorós sa libertat.

 

Le papillon suit la chandelle,

Et l'amoureux suit la beauté.

Le papillon brûle ses ailes,

Et l'amoureux sa liberté.

 

Bourrée auvergnate chantée en occitan et en français.

Les deux versions semblent proches mais on entend ici que la prononciation française n'est pas standard ; pour conserver les appuis de la bourrée ici, il faut au contraire, prononcer fortement les E muet et ne pas accentuer sur la dernière syllabe. Mais le francais est la seule langue latine à ne pas faire cela (à écouter les journalistes qui citent des villes sud-américaines ;)

"Candela ("lo" prononcé) : chandel("le"

Libertat, beutat / liberté, beauté"

 On a aussi en limousin les allongements des pluriels

"Los-- garçons--, las--dròllas--" et les s ("^" en français)

non prononcés et allongés "daus pas--tissons--"

Il y a peu de bourrées en français du fait de l'accentuation complexe de la bourrée qui est adaptée à l'occitan (il ne faut pas oublier que les violonaires vivaient dans leur jeunesse dans un milieu très majoritairement occitanophone).

A partir de sources orales c'est ici une interprétation personnelle (donc traditionnelle ;)

Ces 50 bourrées sont normalement du domaine public ainsi que "Las chastinhas" (musique de Jean-Marc Delaunay, "mai paraulas myself" :)

 804048_1_l

1) La borréia d'Auvernha la borréia vai bian

 Quand la dançam a quatre Mas que la dançam bian

 

2) Dançan tant bian los de delai l'aiga

Dançan tant bian los de Lemosin

 Tra la la la 

 

3) Per ben la chantar viva las Lemosinas

Per  ben la dançar viva los Auvernhats

Los Auvernhats an ben la barba fina

Los lemosins l'an pus fina que ilhs

 

4) Çai son venguts los garçons d'a Nòuviala

Çai l'an menat lo vaslet de Fauriá

Çai l'an menat aqueu tan gente masle

Çai l'an menat lo mielh coifat d'Orlhac

 

5) Los Chaumeilhos quò es de bons garçons

Los Chaumeilhos quò es de bons garçons

Quò es de bons garçons la degue òc-es paubras drollas

Quò es de bons garçons la degue los Chaumeilhos

 

6) Quau te mena bela quau te mena

Quau te mena bela quau te mena

Quò es los garçons que me menan me permenan

Quò los garçons que me menan pels boissons

 

7) Son davalats los garçons de la montanha

Son davalats quand avian tot achabat

Regretan ben lo pais mas pas lo mestre

Regretarian una amiá se l'avian

 

8) Quand passaretz pitiòtas venetz nos veire

Quand passaretz pitiòtas venetz nos veire

Vos donarem de la bona calhada

E daus pastissons a plen palhasson

 

9) Lo curat que la confessava s'appelava s'appelava

Lo curat que la confessava s'appelava Janton

Ieu pipe ieu fume ieu sei bon garçon

Ieu fiche la filha darrier los boissons

 

10) Sus lo pont d'a Briva l'i a de gentias flors

Sus lo pont d'a Briva l'i a de gentias flors

Las blanchas las rojas de totas colors

Las blanchas las rojas de totas colors

 

11) Se sabiatz drolletas jamai vos maridariatz

Restariaz soleta gardariatz la libertat

 

12) Chas nos i a de las dròllas se volon maridar

Mas volon pas de vaslet volon mas daus ainats

 

13) E quand las peras son maduras

Tant pauc de vent las fai tombar

Aitau faran las jòunas dròllas

Quand voldran ben se maridar

 

e

14) La Marion plora  à plorarà ben mai

Son amant la quita ne'n tornarà jamai

D'aqui es partit en emportar la bela

E sus lo chamin a trobat una chançon

 

15) Ieu n'ai cinq sòus ma mia n'a mas quatre

Coma farem quand nos maridarem

Ne'n chaptarem un topin una escudela

Un culheron e minjarem tot dos

 

16) Garda ton bon temps bargiera garda ton bon temps quand l'as

Quand seras maridada quò te podriá passar

 

17) Se la volia chausir la mia mia la mia mia

Se la volia chausir la prenguei de vers Chastreix

Pas de vers Chastreix la prengei de Picharanda

Per pas me trompar la prenguei de Sent Donat

 

18) Coifa-te bian Margarita ma mia

Coifa-ta bian que benlèu te maridariam

Mas i a ben del temps que ieu sei bian coifada

Quò n'empacha pas que ieu me maride pas

018_001 copy 

19) 'Na trist'annada passa per ieu

Maridan nòstr'ainada e me laissan ieu

Una autra annada quò sirà  per ieu

Violon e chabreta jugaran per ieu

 

20) Quand los cornards d'a Tula

S'eran tots assemblats

Prenian de la barriera

D'aicia lo Pais Bas

 

 

21) Sus lo pont d'a Vimbela

L'i fai tan bon gardar

Las Navarelas  lai menan

Los d'en Bar lai son anats

 

22) Ont menaretz diumenche pichona

Ont menaretz diumenche lo mandin

Gardarai pas farai la coisina

Venetz chas nos la farem tots dos

 

23) Al bòsc de la ribièra ma miona l'i es

L'i es que li garda que l'i garda

L'i es que li garda los moltons

 

24) Ai vist lo lop la lebre

E lo rainard dançar

Fasian lo torn de l'aubre

E daus buissons folhats

 

25) Ma maire aviá mas 'na dent que damenava quand fasiá vent

Mon paire se'n aperceguet emb un 'talaire la li desraijet

 

26) Delai lo ribatel i a 'na lebre i a 'na lebre

Delai lo ribatel i a 'na lebre que li duerm

Anatz la revelhar que setz un bon chaçaire

Anatz la revelhar la mancariatz pas

 

27) Pel bòrd de l'aiga i a de canardons pichona

Pel bòrd de l'aiga i a de canardons 

I a de canardons de canardons de canardetas

I a de canardons de canardons son pas per vos

 

28) Ò calha gentia calha ont as ton niu

Aval dins la pradela lo long dau riu

  

29) Lo merle a fach son niu dins las raiç de l'aubre sus lo bòrd dau riu

Las dròllas que lo levaran aquest'annada se maridaran

O dròllas 'natz lo levar que lo merle se'n vai mainar

 

30) Peira labora dins lo champ d'a Brach pitiòta

Peira labora dins lo champ d'a Brach

Tres domaiselas lo tenon pels braç pitiòta

Tres domaiselas lo tenon pels braç

 

 

 

31) Janeton veniá veniá veniá Piare veniá Piare

 

Janeton veniá veniá veniá Piare veniá Piare per dançar

 

Ieu vendrai pas velhar la luna es pas levada

 

Ieu vendrai pas velhar la luna lai serà pas

 

Ieu lai vendrai deman la luna sera levada

 

Ieu lai vendrai deman la luna sera là

 

 

 

 

32) S'i a mas los faures qu'aman lo vin pitiota

 

 S'i a mas los faures qu'aman lo vin 

 

 Ieu sei pas faure ieu sei pas faure ieu sei pas faure mas l'ame bin

 

 Tot lo monde es faure tot lo monde es faure tot lo monde es faure quauque bocin

 

 

 

33) Janeton quand t'aimave quò era qu'aviá begut

Janeton quand t'aimave quò era qu'aviá begut

Aura que ne beve gaire Janeton t'aime gaire

Aura que ne beve plus Janeton t'aime plus

 

34) Montave la marmita la podiá pas montar

La podia pas montar la marmita la marmita

La podia pas montar chauguet la laissar lai

 

35) La Glaudiá fai lo torn d'a Vic

Emb un pè d'aucha un pè de chabrit

La Glaudia  troba bon lo vin

La micha chauda e lo lach bulhit

  

3220010310549_600

36) M'an dich Martin qu'aimavas las dròllas

M'an dich Martin qu'aimavas lo vin

Ieu o aimi tot lo vin amai las dròllas

Ieu o aimi tot las dròllas amai lo vin

 

37) Crebe de sèt vòli pas d'aiga

Crebe de sèt vòli ben de vin

Lo bon vin lo bon vin me rend palhaire

Palhaire e desgordit 

 

38) Diable sia l’ivern d’antan

Que n'a portat nostra civada

La civada e lo chanabau lo chanabau

Un pauc de vin qu’era tant bon

 

39) Quò es los garçons de vers Jornhac

Que son 'nats velhar a Lairit

An passat per Paris per anar velhar a Lairit

 

40) Amb'atí paubres garçons per las dròllas periretz tots

 Per una per doas mai tres mas per totas perirem pas

 

PC060045

 

41) Al pais d'a Seilhac se minjan las chastinhas

Lo jaquets los chauvets e mai las borsadas

Al pais d'a Seilhac se minjan las chastinhas

Emb un còp de bon citre davala tot solet

Tra la la la 

 

 

42) Quò es Magadon que lo diable es ta chabreta

 

Mai ton bordon ruinas tots los maçons

 

N'i aura mai d'un qu'aurà minjat sa campanha

 

Per se'n tornar las rodas cairadas

 

 
43) Piare a partit n'emportar la cabreta

De que farem sens lo paure Pieron

Tochava bian n'era tant bon menaire

Quand tornarà Peire chabretarà

 

44) Ma maire quand vos m'auretz perdut

Anetz pas me cerchar a las bargieras

Ieu serai a la balada bian lonh

Jugar un aer de mon violon

Viva aquilh que n'a plantat

L'aubre que n'a la chamba tòrta

Que sens aqueu ne'n siriá mòrt

L'aiga m'auriá purit lo còr

 

 

45) Perqué veniatz velhar los lordaus de la montanha

 

Perqué veniatz velhar quand ne'n voliatz pas dançar

 

Ne'n chauliá pas venir los lordaus de la montanha

 

Ne'n chauliá pas venir quand ne'n voliatz mas durmir

 

 

 

 

46) Auvetz los Auvernhats paubra maire paubra maire

 

Auvetz los Auvernhats que davalan per dançar

 

Ne'n fan zin zon zon zin zon zon de lor chabreta

 

Ne'n fan zin zon zon zin zon zon de lor  violon

 

 

 

 

47) Nos sem pintats del vin de la barrica

 

Nos sem pintats del vin de Marcilhac

 

Al vin de Marcilhac pichona pichonela

 

Al vin de Marcilhac totas nos sem bandats

 

 

 

 

48) N'as ben tant dançat n'as ben tant fach la fiera

 

N'as ben tant dançat lo cordon n'i a petat

 

Lo cordon n'i a petat la borsa s'es desliada

 

N'aviá mas dos sòus los a tombats al sòu

 

 

 

 

49) Ma maire si sabiatz d'onte vene d'onte vene

 

Ma maire si sabiatz d'onte vene me batriatz

 

Ieu vene de ben lonh de jugar de ma musica

 

Ieu vene de ben lonh de jugar dau violon

 

 

 

50) Totjorn lo torn la borréia vira filhetas

Totjorn lo torn la borréia vira totjorn

D'enquera n'es pas jorn e totjorn la luna que ralha

D'enquera n'es pas jorn quò es la luna d'amor

P4260016

Per ben la chantar viva las Lemosinas

Per  ben la dançar viva los Auvernhats

Hi fou fou… !!!

Ivon 
 

 

Posté par Lemivon à 18:09 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Lo comte de Peiteu

 

Vida del Comte de Peiteu  

Lo comte de Peiteu si fos
Un dels majors cortes del mond
E dels majors trichadors de dòmnas
E bons cavaliers d'armas
E l' art de domnejar
E saup ben trobar e cantar
Et anet longemps per lo mond
Per enganar las dòmnas
E ac un filh que ac per molher
La duquessa de Normandia
Dont ac una filha que fos molher
Del rei Enric d'Englaterra
Maire del rei Jove e d'En Richard
E del comte Jaufre de Bretanha

 

Le comte de Poitiers fut

Un des plus courtois du monde

Un des plus grands tricheurs de dames

Un des meilleurs chevaliers d'armes

Et le meilleur dans l'art de courtiser

Il sut bien trouver et chanter

Il alla longtemps de par le monde

Pour tromper les dames 

Il eut un fils qui eut pour femme

La duchesse de Normandie

Dont il eut une fille qui fut l'épouse

Du roi Henri d'Angleterre

Mère du jeune roi de Sire Richard

Et du comte Jaufre de Bretagne

 

En Alvernha part Lemosin

 

En Alvernha part Lemosin
M'en anei tot sol a tapin
Trobei la molher d'en Garin
E d'en Bernard
Saluderon mi simplament
Per Sant Liaunard

Lai una'm ditz en son latin 
E Dieu vos salv' don pelerin
Molt mi semblatz de bel aisin
A mon escient
Mas tròp vesem anar pel mond 
De fòlas gents

Aura auviretz qu'ai respondut
Anc non li ditz ni bast ni but
Ni fer ni fust non ai mentaugut
Mas sol aitant 
Babariol babariol 
Babarian

Ço ditz n'Anhès a n'Ermessen
Trobat avem que anam queren
Sòr per amor Dieu l'alberguen
Que ben es mut
E ja per el nòstre conselh
Non es saubut

Lai una'm pres jos son mantel
Menet m'en sa chambra al fornel
Sapchatz qu'a mi fon bon e bel
E'l fioc fon bon
E ieu chalfei mi volontier 
Als gros charbons

A manjar mi deron chapos
E sapchatz ag'i mai de dos
E non'i'ag'cog ni cogastros
Mas sol nos tres
E'l pan fon blanc e'l vin fon bon
E'l pèbr'espes

Sòr aquest'òme es inginhos
E laissa lo parlar per nos
Nos aportem nostre chat ros
De mantenent
Que'l fara parlar als estros
Si de re'n ment

N'Anhès anet per l'enujos
E fon grand e ag'longs guinhos
E ieu, quand lo vi entre nos
Ag'n'espavent
Qu'a pauc non perdei la valor
E l'ardiment

Quand aguem begut e manjat
Ieu me despolhei a lor grat
Detras m'aporteron lo chat
Mal e felon
La una'l tira del costat
Trò al talon

Per la coa de mantenent
Tira'l chat e el escoissent
Plajas mi feron mai de cent
Aquella vetz
Mas ieu no'mogra gest enguer
Que m'aucises

Sòr ditz n'Anhès a n'Ermessen
Mut es que ben es conoissen
Sòr del banh nos aparelhem
E del sejorn
Uech jorns e s'encar'mai estai
En aquel forn

Tant las fotei com'auviretz
Cent e quatre-vingt e uech vetz
Qu'a pauc no'i rompei mon coretz
E mon arnes 
E no'os puesc dir'lo malaveg
Tan grand m'en pres

Ges no'os sai dir' lo malaveg
Tan grand m'en pres 



En Auvergne par le Limousin
Je m'en allais tout seul en tapinois
Je trouvais l'épouse du sire Garin
Et de sire Bernard
Elles me saluèrent simplement
Par Saint Léonard

Là une me dit dans son latin 
Dieu vous sauve, seigneur pélerin
Vous me paraissez bien convenable
A mon avis
Mais nous voyons trop passer par là 
De gents bizarres

Maintenant, écoutez ce que j'ai répondu 

Jamais je ne lui dit ni bât ni bout
Ni fer ni bois je n'ai mentionnés
Mais seulement 

Babariol, babariol 
Babarian

Lors dit Dame Agnès a dame Ermessen
Nous avons trouvé celui que nous avons chercher
Sœur, pour l'amour de Dieu on va l'héberger
Car il est bien muet
Et jamais à cause de lui notre secret
Ne sera connu

Là une me prend sous son manteau
Et me conduit dans sa chambre auprès du fourneau
Sachez que cela fut pour moi agréable et plaisant
Car le feu fut bon
Et je me chauffais volontier 
Aux gros charbons

Elles me donnèrent à manger des chapons
Et sachez qu'il y en eut plus de deux
Il n'y a eu ni cuisinier ni marmitons
Mais seulement nous trois
Le pain fut blanc et le vin fut bon
Et le poivre abondant

Sœur, cet homme est malin
Et nous laisse la parole
Nous apportons notre chat roux
De suite
Qui le fera parler à l'instant 
S'il nous ment

Dame Agnès alla quérir le facheux
Qui était grand avec de longues moustaches
Et moi, quand je le vis entre nous
J'eu très peur
Que de peu j'en perdais la valeur
Et ma fougue

Quand nous eûmes bu et mangé
Je me dévétis a leur demande
Elles apportèrent le chat
Méchant et irrité
Et l'une tire de mes flancs
Jusqu'au talon

Le mantenant par la queue
Elle tire le chat qui plante en moi ses griffes
Elles me firent plus de cent plaies
Cette fois ci
Mais moi  encore je ne bougeais pas 
M'eût-on tué

Sœur, dit dame Agnès à dame Ermessen
Il est muet car c'est bien reconnaissable
Sœur préparons-nous au bain
Et au plaisir
Huit jours et encore plus je suis resté
Dans cette étuve

Tant je les honorais comme vous entendez
Cent et quatre-vingt et huit fois
Que de peu je n'y rompais ma ceinture
Et mon harnachement
Je ne peux vous dire le mal
Si grand que j'éprouvais

Je ne sais vous dire le mal
Si grand que j'éprouvais

 

 

Puei de chantar m’es pres talent 
 

Puei de chantar m’es pres talent
Farai un vers donc sei dolent
Mai non serai obediens
En Peitau ni en Lemosin

Quaura me’n irai en eisilh
En granda paur en grand perilh
En guerra laissarai mon filh
E faran li mal sos vesins

Lo despartir m’es aitant greu
Del senhoratge de Peiteu
En garda laiss’Folcon d’Angeu
Tota la terr’e son cosin

Si Folcon d’Angeu no’l socor
E’l rei de qui ieu ten’m’onor
Faran li mau tots los plusors
Felon gascons e angevins

Si ben non es sabi ni pros
Quant ieu serai partit de vos
Viatz l’auran tornat en jos
Car lo veiran jov’e mesquin

Per mercès prej’mon companhon
S’anc li fit tòrt, qu’el m’o perdon’
E ieu prej’en Jesus del Tron
En roman e en son latin

De proesa e de joi fui
Mas aura partem ambedui
E ieu irai m’en a celui 
Ont tot pechadors troban fin

Molt ai estat coindes e gai
Mas Nostre Senher no’l vòl mai
Aur’non pòsc pus sufrir lo fai
Tant sei aprochat de la fin

Tot ai guerpit quant amar suelh
Cavalaria e orguelh
E pòs Diu platz tot zo acuelh
E prej’li que’m reteng’amb si


Tot mos amics prej’a la mòrt
Que vengan tots e m’onren fòrt
Qu’ieu ai agut joi e despòrt
Lonh e pres e en mon aisin

Aici guerpisc joi e despòrt
E var e gris e sembelin
 
Puisqu’il me prend envie de chanter
Je ferai un ver alors que je suis affligé
Car je ne serai plus servant d’amour
Ni en Poitou ni en Limousin

Quand je m’en irai en exil
En grande peur en grand péril
En guerre, je laisserai mon fils
Et tous ses voisins lui feront du mal

Le départ m’est si pénible 
De la seigneurie de Poitiers
En garde je laisse à Folcon d’Angers
Toute la terre et son cousin

Si Folcon d’Angers ne le secourt  
Ni le roi par qui je possède mon domaine
Le plus grand nombre lui feront mal
Gascons félons et angevins

S’il n’est pas avisé et valeureux
Quand je vous aurai laissés
Vite ils l’auront jeté à bas
Car ils le verront jeune et faible

Par pitié je pris mon compagnon
Si jamais je lui fis tort qu’il me le pardonne
Et je prie Jesus sur son trône
En roman et dans son latin

De prouesse et de plaisir je fus
Mais maintenant je me sépare des deux
Et je m’en irai vers celui 
Où tout pécheur trouve sa fin

J’ai été grandement aimable et joyeux
Mais Notre Seigneur ne le veut plus
Maintenant je ne peux plus supporter le fardeau
Tant je m’approche de la fin

J’ai laissé tout ce que j’aimais
Chevalerie et orgueil
Et s’il plaît à Dieu je l’accepte
Je le prie qu’il me garde avec lui


Je prie tous mes amis a ma mort
Qu’ils viennent tous et bien m’honnorent 
Car j’ai eu plaisir et distraction
Loin et près et dans ma demeure

Ici je quitte plaisir et divertissement
Vair et petit gris et zibeline

 Ivon

Posté par Lemivon à 18:05 - Commentaires [0] - Permalien [#]

08 avril 2015

Bernard de Ventadorn-Vida mai tres chançons

 

 

Bernart de Ventadorn

Bernart de Ventadorn si fos de Lemosin
Del castel de Ventadorn
Òme fos de paubra generacion
Filh d'un sirvent qu'era fornier

b_ventadorn_1_Qu'escaudava lo forn
A coser lo pan del castel de Ventadorn

E ven bel òme e adrech
E saup ben trobar e cantar
E era cortes e ensenhat
Lo Vescomte de Ventadorn lo seu senhor
S' abellit molt de li e de son son trobar e de son cantar

E fetz li grand onor
E lo Vescomte de Ventadorn si aviá Molher

Bela e gaia e jova e gentiva

E abelis se d'En Bernart

E de las soas chansons 
E enamorèt se de li e el de 'lei 
Si qu'el fetz sos vers e sas cançons d'ela
De l'amor qu'el aviá a d'ela

E de la valor de la dòmna
Molt durèt longtemps lor amor
Ans que lo Vescomte marit de la domna
E l'autra gent s'en aperceubessen
E quand lo Vescomte s'en fos aperceubut
En estranhèt En Bernart de se
E puei fetz la molher sarrar e gardar
Aliénor copyAdonc fetz la Dòmna donèt comjat a En Bernart
E fetz li dire qu'el se partis e s'alonhar d'aquela encontrada 
El el se'n partis e anèt s'en d'a la Duquessa de Normandia
Qu'èra jova e de granda valor 
E s'entendiá molt en pretz
E en onor e el bendich de sa lausor
E plasion li fòrt los vers e las cansons d'En Bernart
Dont ela lo receup e l'onret e l'aculhis 
E'l fetz molt grands plasers
Longtemps estet en la cort de la duchessa 
E enamorèt se d'ela e la domna s'enamoret de li
Dont En Bernart en fets maintas bonas cançons
Mas lo rei d'Anglatèrra la pretz per molhèr
E la trait de Normandia e menèt lai en Anglaterra
En Bernart remas adonc deçài triste e dolent
E partit se de Normandia
E venc s'en al bon Comte Raimon de Tolosa 
E estet amb li en sa cor entra que'l Comte morit
Quant lo Comte fos mòrt En Bernart, abandonet lo mond
E'l trobar e'l chantar e'l solaç del secle 
E puei se rendet a l'òrdre de Dalon e lai el finis
E lo Comte N' Eble de Ventadorn
Que fos filh de la Vescomtessa
Qu'En Bernart amèt

Contèt a me N'Uc de Sant Circ
Çò que ieu ai fach escriure d'En Bernart

 

Bernard de Ventadour était du Limousin

Du château de Ventadour

Il était d'humble origine
Fils d'un serviteur qui était boulanger

Qui chauffait le four
Pour cuire le pain du château de Ventadour1chat_venta1
Il devint un bel homme adroit
Qui savait bien trouver et chanter 
Et il était courtois et instruit
Le Vicomte de Ventadour  son seigneur
Lui porta beaucoup d'intérêt à sa façon de trouver
Et à son chant et il lui fit grand honneur
Le Vicomte de Ventadour avait une femme belle et gaie
Jeune et noble qui eut de l'inclinaison pour Sire Bernard
Et pour ses chansons 
Elle s'éprit de lui et lui si fort d'elle 

Qu'il faisait des vers et des chansons d'elle
De l'amour qu'il avait d'elle et du mérite de la dame
Longtemps dura leur amour
Avant que le Vicomte époux de la dame
Et les gens s'en aperçoivent
E quand le Vicomte s'en aperçut
Il éloigna Sire Bernard de lui 
Et fit enfermer et garder sa femme
Alors il dit à la dame de renvoyer Sire Bernard
Et de lui dire de s'en aller de cette contrée
Et lui la quita et s'en alla auprès de la Duchesse de Normandie
Qui était jeune et de grande valeur
Qui prêtait bien attention au mérite

À l'honneur et aux louanges qu'on lui faisait
Et lui plaisait tant les vers et les chansons de Sire Bernard
Qu'elle le reçu, l'honora e l'accueillit 
Lui fit de nombreux plaisirs
Il resta longtemps à la cour de la Duchesse
Il s'éprit d'elle et la dame s'éprit de lui
Sire Bernard en fit de nombreuses bonnes chansons
Mais le roi d'Angleterre la pris pour épouse
Et l'enleva de Normandie pour l'emmener en Angleterre

Sire Bernard resta donc là, triste et malheureux
Il partit de la Normandie
Et alla auprès du bon Comte Raimon de Toulouse 
Il demeura avec lui à sa cour juqu'à la mort du comte 
A la mort du Comte, Bernard abandonna le monde
Ainsi que l'art de trouver de chanter et le divertissement du siècle.
Il se rendit au monastère de Dalon où là il mourut
Et le Comte Sire Eble de Ventadorn
Qui était le fils de la Vicomtesse
Que Sire Bernard aima me conta à moi Sire Uc de Saint Circ
Ce que j'ai fait écrire de Sire Bernard

Photo on 2015-04-02 at 21

Tant ai moncor plen de joia

 

Tant ai mon cor plen de joia

Tot me desnatura

Flor blancha,vermelh’e bloia

Me par’la frejura

Qu’amb lo vent e amb la ploia 

Me creis l’aventura

Per que mon chant monte e poia

E mon pretz melhora

Tant ai au cor d’amor

De joi e de doçor

Que lo giau me sembla flor

E la neu verdura

 

Anar posc sens vestidura 

Nu, en ma chamisa

Que fin’amor m’assegura

De la freja bisa 

E no’s ten de guisa

Per qu’ieu ai pres de mi cura

Dempueis qu’ai enquisa

La pus bela d’amor

D’ont attens tant d’onor

Car en luec de sa richor

Non volh aver Pisa

 

De s’amistat me recisa

Mas ben n’ai fiança

Que sival ieu n’ai conquisa

La bela semblança

E ai n’en a ma devisa 

Tant de benanança 

Que ja’l jorn que l’aurai visa

Non aurai pesança

Mon cor ai pres d’amor 

Que l’esperit lai cor

Mas lo cors es çai alhor

Luenh de ‘lei en França

 

Ieu n’ai la bon’esperança

Mas petit m’aonda

Qu’atressi’m ten en balança

Com’la nau en l’onda

Del mal pes que’m desenança

Non sai ont m’esconda

 Tota nuech me vir’e’m lança

De subre l’esponda

Pus trac pena d’amor

Que Tristan l’amador

Que’n sufrit manta dolor

Per Iseut la blonda

 

 Ai Diu ! Car non sei ironda

Que voles’per l’aire

Que vengues’ de nuech prionda

Lai, dins son repaire

Bona dòmna jauvionda 

Mòr’ se’l vòstr’amaire 

Paur ai que’l còr me fonda 

S’aiçò’m dure gaire

Dòmna, per vostr’amor

Jonh las mans e ador

Gent còrs amb frescha color

Grand mal me fatz traire

 

Qu’ al mond’non a nul afaire

D’ont ieu tant consire

Quand de’lei aug ren retraire

Que mon còr non i vire

E mon semblant no’m s’esclaire 

Que que’m n’aujatz dire 

Si qu’adès vos es vejaire

Qu’ai talent de rire

Tant l’am’de bon’amor

Que mantas vetz en plor

Per ço que melhor sabor

Me’n an los sospires

 

Messatgier, vai e cor

E di’m a la gensor

La pena e la dolor

Que’n trac e’l martire 

 

J’ai tant de bonheur dans mon cœur

Que tout me change de nature

Fleur blanche  vermeille et jaune

Me paraît la froidure

Avec le vent et la pluie

Ma félicité augmente

Car mon chant monte et s’elève

Et ma valeur grandit

       J’ai tant d’amour au cœur

       De joie et de douceur

       Que le gel me paraît être fleur

       Et la neige verdure

Je peux aller sans sans vêtement

Nu dans ma chemise

Car le pur amour me protège

De la bise froide

Mais est fou celui qui s’emporte

Et ne garde la mesure

Car j’ai commencé de me guérir

Depuis que j’ai recherché

       L’amour de la plus belle

       Dont j’attends tant de fortune

       Qu’à la place de sa richesse

       Je ne veux pas avoir Pise

De son amitié elle m'exclut

Mais j’ai bien confiance

Que du moins j’en ai conquis

La belle apparence

Et j’en ai a ma séparation

Tant de bonheur

Que le jour où je l’aurai vue

Je n’aurai plus de chagrin

       Mon cœur a pris d’amour

      Que l’esprit court là-bas

       Mais le corps est ici ailleur

       Loin d’elle en France

J’ai la bonne espérance

Mais cela m’aide peu

Qu’ainsi  elle me tient en balance

Comme la nef sur l’onde

Du mauvais poids qui me rend insensé

Je ne sais où me cacher

Toute la nuit je me tourne et je m'élance

Sur ma couche

       Je resens plus de peine d’amour

       Que Tristan l’amoureux

       Qui souffrit maintes douleurs

       Pour Iseult la blonde

Ah Dieu Que ne suis-je une hirondelle

Qui vole dans les airs

Qui vienne à la nuit profonde

Là dans son domaine

Bonne Dame réjouissante

Votre amoureux se meurt

J’ai peur que mon cœur ne fonde

Si cela dure pour moi encore un peu

       Dame  pour votre amour

      Je joins les mains et j’adore

      Ce beau corps avec fraiche couleurob_f5e11a_alienor-d-aquitaine

      Grand mal vous me faîtes souffrir

Il n’y a au monde nulle affaire

A la quelle je ne pense tant

Quand d’elle j’entends parler

Que mon cœur ne s'y tourne

Et mon visage ne s’éclaire

Qu’à moi vous n’osez dire

Qu’aussitôt il vous paraît

Que j’ai envie de rire

       Je l’aime tant de bon amour

      Que plusieurs fois en pleur

      Pour cela que meilleure saveur

      En ont mes soupirs

Messagier, va et cours

Et dis à la plus belle

La peine et la douleur

Que j’en souffre au martyre

 

Lo temps vai e ven e vire 

 

Lo temps vai e ven e vire


Per jorns, per mes e per ans


E ieu las no’n sai que dire


Qu’ades es un mon talant


Ades es un e no’s muda


Qu’una volh e’n ai volguda


Dont anc non ai jauviment

 

 Puei ela no’n per lo rire


A me’n ven e dol e dam


Qu’a tal jòc m’a fach assire


Dont ai lo pejor dos tant


Qu’aital amor es perduda


Qu’es d’una part mantenguda


Trò que fai accordament


 

Ben deuria esser blasmaire


De me mesei a rason


Qu’anc non nasquet cel de maire


Que tant servis’ en perdon


E s’ela non me ‘n chastia


Ades doblara’lh folia


Que fol non tem’ trò que prend


 

Jamai non serai chantaire


Ni de l’escòla N’Eblon


Que mos chantars no’m vol gaire


P1130012

Ni mas voltas ni mos sons


Ni res qu’ieu fassa ni dia


Non conosc que pron me sia


Ni no’i vai melhurament

Si tot fass’ de joi par 'vança


Molt ai dins lo còr irat


Qui vis anc mai penedança


Faire denant lo pechat

Ont plus la pres’ plus m’es dura


Mas si’n breu temps no’s melhura


Vengut er’ al partiment


 

Però ben es qu’ela’m vença


A tota sa volontat


Que s’el’a tort o bistença


Ades n’aura pietat


Que ço mòstra l’Escritura


Causa de bon’aventura


Val un sol jorn mai de cent


 

Ja no’m partrai a ma vida


Tant coma sia sal ni san


Que puei l’arma n’es eissida

Balaia longtemps lo gran


E si tòst non s’es cochada


Ja per me no’n es blasmada


Sol d’ieu adenan s’esmend


 

Ai  Bon’amor encobida


Còrs ben fach delgat e plan


Frescha chara colorida


Que Dieu formet amb sas mans


Tot temps vos ai desirada


Que res autras non m’agrada


Autra amor non volh nient


 

Doça res ben enseinhada
      

Cel qu’os a tant gent formada
      

Me’n don cel jòi qu’ieu atend


 91899752

Le temps va et vient et tourne


Par jours  par mois et par ans


Et moi hélas je ne sais que dire


Qu’unique est mon désir


Il est toujours unique et ne change


Qu’une je veux et n’ai voulue


Dont je n’ai jamais de joie


 

Puisqu’elle ne perd le rire


Il m’en vient souffrance et dommage


Qu’à un tel jeu elle m’a fait asseoir


Dont j’ai le pire deux fois

Qu’ainsi l’amour est perdu


Qui n’est maintenu que d’un côté


Jusqu’à ce quelle donne son accord


 

Je devrais être blâmable


De moi même avec raison


Que jamais celle qui naquit de mère


Que j’ai tant servi en vain


Et si elle ne me punit pas


Encore doublera ma folie pour elle


Que Le fou ne craint rien avant les coups


 

Jamais je ne serai chanteur

De l’école du sire Eble


Car mes chants ne me valent guère


Ni mes couplets ni mes mélodies


Ni rien que je fasse ni dise


Je ne connais rien qui me fasse profit


Et je n’y vois aucune amélioration


 

Si j’ai une apparence de joie


J’ai dans le cœur beaucoup de tristesse


Qui ne vit jamais plus de pénitence


Faire avant le péché


Plus je la prie plus elle me résiste


Mais si dans peu de temps elle ne s’améliore


On en viendra à la séparation


 

Pourtant cela est bien qu’elle me soumette


A toute sa volonté


Que si elle a tort ou retarde


Bientôt elle aura pitié


Et la Sainte Ecriture montre


Quand il s’agit de bonheur


Vaut un seul jour plus de cent


 

Jamais je ne quitterai à ma vie


Tant comme je suis sain et sauf


Que quand la pousse est sortie

Le grain longtemps se balance


Et si aussitôt elle ne s’est pas hâtée


Jamais par moi elle n’en sera blâmée


Si seulement elle s’amande


 

Ah  Bon amour convoitée


Corps bien fait  délicat et élancé


Visage frais et coloré


Que Dieu formait avec ses mains


De tout temps je vous ai désirée

Que personne d’autre ne me plait


D’autre amour je ne veux point


 

Douce personne bien instruite

Celui qui vous a fait si jolie


Me donne du ciel la joie que j’attend


 

 

 

Can_vei_la_lauzeta_mover

 

Quand vei la lauveta móver

 

Quand vei la lauveta mover

De joi sas alas contra’l rai

Que s’oblid’e’s laissa chaser 

Per la dolçor qu’al còr l’i vai

Ai ! Tant grand’enveja me’n ven

De quilhs qu’ieu veja jauviond

Meravilhas ai, car dessen

Lo còr de desirier no’n fond

 

Ailas ! Tant cujava saber 

D’amor, e tant petit en sai !

Car ieu d’amar no’m pòsc tener

Celei dont ja pro non aurai

Tòut m’a mon còr e tòut m’a me

E se meseis e tot lo mond

E quand se’m tolc, no’m laisset re

Mas desirier e còr volont

 

Anc non agui de me poder

Ni non fiu meu de l’or’ençai 

Que’m laisset en sos uelhs veser

En un miralh que molt me plai

Miralh, puie me mirei en te

M’an mòrt li sospirs de priond

Qu’aissi perdei com’perdet se

Lo bel Narcissus en la font

 

De las dòmnas me desesper 

Ja mai en lor no’m fiarai

Qu’aissi com’ las sòlh chaptener

Enaissi las dechaptenarai

Puei vei qu’una pro non me’n ten 

Ves lei que’m destrui e’m confond

Totas las dobte e las mescre

Car ben sai qu’atretrals se son

 

D’aiço’s fai ben femna parer

Ma dòmna, per qu’e’lh o retrai

Car non vol ço qu’òm deu voler

E çò qu’òm li devada fai

Chasut sei en mala merces 

E ai ben fach co’l fòl en pont

E non sai perque m’esdeven

Màs car tròp pojei contra mont

 

Merces es perduda per ver

E ieu non o saubi anc mai

Car quilh qui plus en degr’aver 

No’n a ges, e ont la querrai  

A ! Quant mal sembla, qui la ve

Que aquest chaitui desirond

Que ja sens lei non aurà ben

Laisse morir, que non l’aond 

 

Puei amb midòn no’m pòt valer

Pres ni merces ni’l drechs qu’ieu ai

Ni a lei non ven a plaser

Qu’ieu l’am’, ja mai no’lh zo dirai

Aissi’m part de lei e’m recre

Mòrt m’a, e per mòrt li respond

E vau m’en, puie ilh n’om reten

Chaitiu, en exilh, non sai ont

 

Tristan, ges no’n auretz de me

Qu’ieu m’en vau, chaitiu, non sai ontP3200040

De chantar me gic e’m recre

E de jòi e d’amor m’escond

 

Quand je vois l’alouette s’élancer
De joie ses ailes contre le rayon du soleil
Qui perd la tête et se laisse tomber 
De la douceur qui lui va au cœur 
Ah tant grand’envie me vient
De ceux que je vois réjouis
Je m’émerveille qu’aussitôt
Mon cœur ne fonde de désir

Hélas Je croyais connaître beaucoup 
De l’amour et si peu j’en sais 
Car je ne peux m’empécher d’aimer
Celle dont je n’aurai jamais les faveurs
Elle m’a pris mon cœur et moi tout entier 
Et elle même et tout le monde
Et quand elle me prit ne me laissait rien
Que désir et cœur avide

Jamais je n’eus de pouvoir sur moi
Ni ne fus moi-même depuis 
Qu’elle me laissait voir dans ses yeux
Dans un miroir qui me plait beaucoup
Miroir depuis que je me mirais en toi
M’ont tué les soupirs profonds
Qu’ainsi je me perds comme se perdit
Le beau Narcisse à la source

Des dames je me désespère 
Jamais je ne me fierai en elle
Que si j’avais coutume de les exalter
troubadour6 copy 2Désormais je les abandonnerai
Puisque je vois que je n’ai pas de faveur 
De celle qui me détruit et me fait périr
De toutes je doute et je ne les crois pas
Car je sais bien qu’elles sont toutes pareilles

De cela elle se montre bien femme
Ma dame pour cela je lui fais reproche
Car elle ne veut pas ce qu’on doit vouloir
Et fait ce qu’on lui défend de faire
Je suis tombé en mauvaise disgrâce 
Et j’ai bien fait comme le fou sur le pont
Et je ne sais pourquoi cela m’est arrivé
Mais seulement que je suis monté trop haut.


Pitié est perdue en vérité
Et je n'en sus jamais d'avantage
Car celle qui en devrait plus avoir 
N'en a pas et où la chercher 
Ah comment cela semble mal pour qui la voit
Du malheureux qui la désire
Et qui sans elle n'aura nul bien
Le laisser mourir sans l'aider 

Puisqu'avec ma dame cela ne peut me valoir 
Ni prière ni pitié ni mes droits
Et que cela ne lui fait aucun plaisir
Que je l'aime et jamais ne lui dirai
Ainsi je la quitte et je m'avoue vaincu
Elle m'a tué et je lui réponds par ma mort
Et je m'en vais puisqu'elle ne me retient pas
Malheureux en exil je ne sais où

        Tristan vous n'aurez plus rien de moi 
        Car je m'en vais malheureux je ne sais où
        De chanter je cesse et je m'en désintéresse
       De l'être aimé et de l'amour je me cache

 

(grafia mai revirada -amb l'ajuda daus ancians)

 Ivon

 

 

Posté par Lemivon à 12:12 - Commentaires [0] - Permalien [#]